cadre   - Nous sommes le Vendredi 20 Septembre 2019 et il est 23:18
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  la lettre de la présidente août 2019
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
la lettre de la présidente août 2019
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d
    Glossaire: rechercher la signification d'une abréviation...

Total des abréviations et significations enregistrées sur ce site : 1546
Lettre sélectionnée : C

CA    CAAPSAIS    CAC    CAD    CAD    CADA    CADA    CADES    CADUS    CAE    CAE    CAEN    CAF    CAF    CAFAD    CAFAMP    CAFAMS    CAFETS    CAFME    CAFME    CAFS    CAJ    CAJ    CAL    CAM    CAMPA    CAMPS    CAMSP    CAMU    CAO    CAP    CAP    CAP    CAP    CAP    CAPASH    CAPD    CAPI    CAPL    CAPS    CARSAT    CART    CASF    CASF    CASH    CASP    CASS    CASS    CAT    CATEB    CATTP    CBI    CBP    CBUS    CC    CCA    CCAA    CCAM    CCAS    CCASA    CCASH    CCAT    CCDH    CCECQA    CCF    CCLIN    CCM    CCMPI    CCN    CCNE    CCPE    CCPP    CCPP    CCPPRB    CCR    CCSD    CCSD    CCSS    CCVAQSS    CD    CDA    CDAD    CDAEF    CdAM    CDAPH    CDC    CDCA    CDCDS    CDCPH    CDD    CDEN    CDES    CDHP    CDHP    CDI    CDO    CDOEA    CDOM    CDS    CDSM    CDSP    CDTD    CDU    CE    CE    CE    CE    CEAM    CEC    CECCOF    CECCOF    CEDEP    CEDH    CEDIAS    CEDPA    CEF    CEFI-PSY    CEM    CEME    CEPP    CEPS    CEPT    CER    CERJP    CES    CES    CESE    CESEDA    CESF    CESR    CESU    CFA    CFAS    CFES    CFG    CFHE    CFPS    CFQIPS    CFTMEA    CG    CGI    CGLPL    CGSS    CH    CHA    CHG    CHI    CHRS    CHRU    CHS    CHSCT    CHT    CHU    CHU    CI    CI    CIAAF    CIAS    CIAS    CIC    CIDH    CIDIH    CIE    CIF    CIFRE    CIH    CIH    CILE    CIM    CIO    CIRDD    CIRE    CIRST    CIS    CISP    CISS    CIVIS    CLA    CLACT    CLAD    CLAHP    CLAN    CLI    CLI    CLIC    CLIN    CLIS    CLIS1    CLIS2    CLIS3    CLIS4    CLS    CLS    CLSH    CLSM    CLSSI    CLUD    CM    CMA    CMA    CMC    CMC    CMD    CMDMS    CMDR    CME    CME    CMM    CMN    CMP    CMP    CMPP    CMPP    CMPR    CMRR    CMS    CMU    CMUC    CNAF    CNAM    CNAMTS    CNBDpaph    CNCDH    CNCEJ    CNCPH    CNED    CNEFEI    CNEH    CNESMS    CNFPT    CNG    CNIL    CNIM    CNISAM    CNLE    CNO    CNOM    CNOP    CNOSS    CNPS    CNPV    CNQCS    CNQSP    CNRD    CNRH    CNRS    CNS    CNSA    CNSA    CNU    CNV    COAE    COCT    CODAMPP    CODAMUPS    CODAMUPSTS    CODERPA    CODES    CODHPSY    COM    COMEDIMS    COMEDIMS    COMEX    COMEX    COP    COPIL    COREVIH    COSSEC    COSTRA    COTOREP    COTRIM    COVIRIS    COVR    CP    CPA    CPAM    CPC    CPCI    CPCMECH    CPCS    CPH    CPI    CPIP    CPLA    CPME    CPO    CPOA    CPOM    CPP    CPP    CPP    CPP    CPR    CPRDFP    CPS    CPT    CPU    CQAGR    CRA    CRA    CRA    CRAM    CRAMCO    CRCI    CRCSM    CRDRA    CREA    CREAI    CREDES    CREDOC    CREHPSY    CREPSY    CRES    CRESDA    CRF    CRIAVS    CRIC    CRIDEF    CRIM    CRIMCUP    CRIS    CROM    CROP    CROS    CROSMS    CROSS    CRP    CRP    CRPA    CRPP    CRPV    CRR    CRRA    CRRF    CRRMP    CRS    CRU    CRUPEC    CRUQ    CSAPA    CSDU    CSH    CSIRMT    CSL    CSM    CSMF    CSP    CSP    CSPPM    CSS    CSSI    CSSI    CSST    CSST    CST    CTC    CTE    CTNREHI    CTP    CTP    CTRS    CTRS    CTS    CTS    CUCS    CUI    CUMP    CVS    CVSD   




CHSCT: Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Résumé Instance
Adresse Internet http://www.inrs.fr/htm/le_chsct_donnees_reglementaires.html
Détail

Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Données réglementaires
Synthèse réglementaire relative au Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), institution représentative du personnel dotée de pouvoirs délibératifs pour l'ensemble des questions de santé, de sécurité et de qualité de vie au travail. Conditions de sa mise en place, constitution, fonctionnement, rôle et missions, moyens d'information et d'expertise, intervention en cas de danger grave et imminent.

Fonctionnement
Les réunions (Art. L. 236-2-1 , Art. R. 236-8) Le CHSCT se réunit au moins tous les trimestres à l'initiative du chef d'établissement, plus fréquemment en cas de besoin, notamment dans les zones d'activité à haut risque. Il doit également se réunir à la suite de tout accident ayant entraîner ou ayant pu entraîner des conséquences graves ou à la demande motivée de deux de ses membres représentants du personnel. Les réunions ont lieu dans un local approprié et, sauf exception justifiée par l'urgence, pendant les heures de travail. L'ordre du jour des réunions est établi par le président et le secrétaire du CHSCT et est communiqué aux membres du comité, à l'inspecteur du travail et aux agents des services prévention des CRAM quinze jours au moins avant la date fixée pour la réunion.
Le secrétaire (Art. L. 236-5) Choisi parmi les représentants du personnel, le secrétaire du CHSCT est chargé d'établir l'ordre du jour conjointement avec le président. Il rédige généralement les procès verbaux des réunions.
Crédit d'heures (Art. L. 236-7) L'attribution d'un crédit d'heures est variable selon l'effectif relevant de chaque comité et peut être augmenté en cas de circonstances exceptionnelles (accident grave) ou par accord interne. Le temps passé aux réunions, aux enquêtes après accident, ou pour faire face à des situations d'urgence et de gravité n'est cependant pas imputé sur le crédit d'heures. Les représentants du personnel peuvent répartir librement entre eux le temps dont ils disposent, sous réserve d'en informer l'employeur.
Protection (Art. L. 236-11) Les représentants du personnel au CHSCT bénéficient d'une protection identique à celle des membres du comité d'entreprise en cas de licenciement.
Formation (Art. L. 236-10, R. 236-15 à R. 236-22-2) Les représentants du personnel au CHSCT doivent bénéficier d'une formation théorique et pratique nécessaire à l'exercice de leur mission. Dans les établissements de 300 salariés et plus, une formation de 5 jours maximum doit leur être dispensée dès leur première affectation. Elle doit être renouvelée pour chaque membre ayant exercé son mandat pendant 4 ans consécutifs ou non. Dans les établissements de moins de 300 salariés, la durée de formation est de 3 jours et le temps consacré est considéré comme temps de travail et rémunéré comme tel.

Rôle et Missions
Le CHSCT a pour mission générale de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des salariés de l'établissement et de ceux mis à la disposition de celui-ci par une entreprise extérieure, y compris les travailleurs temporaires, ainsi qu'à l'amélioration des conditions de travail. Il doit également veiller à l'observation de prescriptions réglementaires adoptées dans ce but. Le CHSCT analyse les conditions de travail et les risques professionnels exposant les salariés de l'établissement et en particulier les femmes enceintes.
Il est consulté avant tout aménagement important modifiant les conditions d'hygiène et de sécurité ou les conditions de travail et quand l'employeur envisage de mettre en oeuvre des technologies introduisant des mutations de travail importantes.
Dans le cadre de l'accomplissement de sa mission générale, le CHSCT procède à des inspections régulières, réalise des études et effectue des enquêtes. Le chef d'établissement met à sa disposition les informations nécessaires à ses missions et les moyens destinés à la préparation et à l'organisation des réunions et déplacements imposés par les enquêtes et inspections.
Inspections : leur fréquence est au moins égale à celle des réunions ordinaires. Etudes : le CHSCT doit être associé à la recherche de solutions relatives à l'organisation matérielle du travail (charge de travail, rythme, pénibilité des tâches, élargissement et enrichissement des tâches), à l'environnement physique du travail (température, éclairage, aération, bruit, poussières, vibrations), à l'aménagement des lieux de travail, des postes de travail, à la durée et aux horaires de travail (travail de nuit, travail posté). Le CHSCT devra également étudier l'incidence de l'introduction de toute technologie nouvelle sur les conditions de travail dans l'établissement. Au besoin, s'il l'estime nécessaire, il peut s'adresser à des experts agréés. Enquêtes : celles-ci sont effectuées en cas d'accident du travail ou de maladie professionnelle, ou en cas d'incidents répétés ayant révélé un risque grave. Elles sont menées par une délégation comprenant, au moins, le chef d'établissement, ou un représentant désigné par lui, et un représentant du personnel au CHSCT (Art. R.236-10).

Moyens d'information et d'expertise
Moyens matériels
Le chef d'établissement doit allouer au CHSCT les moyens nécessaires à la préparation et à l'organisation des réunions et aux déplacements imposés par les enquêtes ou inspections (Art. L. 236-3) [ moyens de reproduction, de transmission et de diffusion des procès verbaux, documentation juridique et technique adaptée aux risques particuliers de l'établissement]. Le CHSCT ne dispose pas obligatoirement d'un local propre. Il doit disposer d'un local approprié pour les réunions (Art. R. 236-8).
Moyens d'information et d'expertise
Le chef d'établissement doit fournir aux membres du CHSCT toutes les informations qui sont nécessaires pour l'exercice de leurs missions. De leur côté , les membres du comité sont tenus à une obligation de discrétion et au secret professionnel (Art. L. 236-3).
Bilan et programme (Art. L. 236-4)
Au moins une fois par an, le chef d'établissement doit présenter au CHSCT :
un rapport écrit faisant le bilan de la situation générale de l'hygiène, de la sécurité et des conditions de travail et rappelant les actions ayant contribué, au cours de l'année écoulée, à la protection de la santé, de la sécurité et à l'amélioration des conditions de travail des salariés ; un programme annuel de prévention des risques professionnels et d'amélioration des conditions de travail. Ce programme fixe la liste détaillée de mesures devant être prises au cours de l'année à venir pour satisfaire aux principes généraux de l'article L.230-2 du code du travail.
Ces documents doivent être conservés dans l'établissement et tenus à la disposition de l'inspecteur du travail, du médecin inspecteur du travail et des agents des services prévention des CRAM.
Les registres (Art. R. 236-13)
Chaque membre du CHSCT peut demander que lui soit communiqué le registre destiné à l'inscription des mises en demeure de l'inspection du travail. Doivent être présentés au CHSCT les registres tenus en application des prescriptions réglementaires imposant des vérifications périodiques de certains appareils ou machines.
L'information en cas d'intervention d'une entreprise extérieure (Art. R. 237-1, R. 237-4 , R. 237-22 à R. 237-25)
Le décret du 20 février 1992 prévoit pour l'entreprise extérieure l'obligation d'informer son CHSCT mais aussi celui de l'entreprise utilisatrice.
Doivent ainsi être tenues à la disposition du CHSCT les informations relatives à la durée des interventions prévues, au nombre de salariés affectés à ces interventions, ainsi que les références des sous-traitants éventuels et l'identification des travaux sous-traités. Les informations concernant la date de l'inspection préalable et les dates de réunions de coordination doivent aussi lui être communiqués. Ces mêmes informations sont fournies par le chef de l'entreprise utilisatrice à son CHSCT.
Recours à l'expertise (Art. L. 236-9, Art. R. 236-40 à R. 236-42) Le CHSCT peut faire appel à un expert dans ces cas : - en cas de risque grave, révélé ou non par un accident du travail, une maladie professionnelle ou à caractère professionnel, constaté dans l'établissement ;
- en cas de projet important modifiant les conditions d'hygiène et de sécurité ou les conditions de travail entendu au sens de l'article L. 236-2.
Les experts désignés par le CHSCT sont agréés à cet effet par arrêté pour une durée qui ne peut pas excéder 3 ans et qui est renouvelable. L'expertise, dont les frais sont à la charge de l'employeur, doit être réalisée dans un délai d'un mois. Ce délai peut être prolongé pour tenir compte des nécessités de l'expertise. Le délai total ne peut excéder 45 jours. Le chef d'établissement ne peut s'opposer à son entrée dans les locaux de l'entreprise. L'expert doit recevoir les informations nécessaires à l'exercice de sa mission et en contrepartie il est lui aussi tenu aux obligations de secret et de discrétion.

L'intervention du CHSCT en cas de danger grave et imminent
Quand un salarié a un motif raisonnable de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent, il peut signaler toute défectuosité qu'il constate dans les systèmes de protection (Art. L. 231-9). Aucune formalité n'est imposée au salarié pour ce signalement. En revanche, lorsque le danger est signalé à l'employeur par un représentant du personnel au CHSCT, il peut être signalé d'abord verbalement, mais sera consigné ensuite par écrit sur un registre spécial ouvert au membres de ce comité. Dès qu'il est avisé du danger l'employeur, accompagné du membre du comité qui le lui a signalé, devra sur le champ procéder à une enquête et prendre des dispositions nécessaires pour y remédier. En cas de divergence entre eux sur la réalité du danger et sur la manière de le faire cesser, l'employeur doit réunir le comité d'urgence, au plus tard dans les 24 heures, et saisir l'inspecteur du travail et l'agent du service prévention de la CRAM qui peuvent assister à la réunion. A défaut d'accord entre lui et la majorité du comité, l'employeur (ou son représentant) saisit immédiatement l'inspecteur du travail qui mettra en oeuvre, le cas échéant, la procédure de mise en demeure ou saisira le juge des référés.

Articles du Code du Travail
Articles du Code du Travail relatifs au Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Partie législative (titre III, chapitre VI) et partie réglementaire (chapitres VI et VII).

Imprimer cette page Imprimer cette page


Imprimer et/ou voir toute la liste des abréviations et leurs significations Imprimer la liste des abréviation

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales