cadre   - Nous sommes le Lundi 29 Août 2016 et il est 10:56
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  unafam 87 : le café des familles et des amis
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
réunion de présentation du programme profamille le mardi 27 septembre à dijon
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d
    page services - Délégation Haute Vienne 87 - région Limousin

ACCUEIL DES FAMILLES






ACCUEIL DES FAMILLES MNASM la lettre sur le logement

Origine de l'article : unafam87 - Courriel : infos@unafam87.org


Pluriels


La lettre de la Mission Nationale d'Appui en Santé Mentale (MNASM)


Hébergement des patients psychiatriques (février 2007)
-Les modalités
-Les obstacles
-Les coopérations
Le plan psychiatrie et santé mentale 2005-2008 consacre un chapitre entier à la problématique "logement" des personnes souffrant de troubles psychiques. De même, le onzième rapport du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées de décembre 2005 développe, dans sa deuxième partie, le thème du logement des personnes atteintes de troubles psychiques.


lettre
complète

Plaidoyer pour la naissance d'une télépsychiatrie française (novembre 2006)
-La situation
-Le développement inévitable
-Les applications
-Les enjeux
-Les recommandations

« La télémédecine souffre de la fascination qu'elle déclenche en raison de la technologie appliquée à la médecine. On la critique souvent comme valant à peine plus qu'un jouet pour les petits garçons. Le principal problème de la télémédecine n'est pas l'insuffisance de son niveau technologique mais plutôt celui, organisationnel, qui consiste à en surmonter l'importance. »




La lettre
complète

L'intervention de crise (mars 2006)
-L'état des lieux
-L'avant et après hôpital
-Propositions et objectifs
-Coordination hôpital et ambulatoire
-Une conception interactive des urgences
Si la France s'est engagée, depuis dix ans, dans une politique d'équipement et de ressources humaines pour les urgences psychiatriques, tout se passe comme s'il allait de soi que l'équipe­ment suffisait à définir des objectifs. Or, à quoi servent ou devraient servir les urgences psychia­triques, et quels sont les indicateurs d'efficacité ? Dans certains sites se développent des centres de crise ou centres dits "de 72 h" adjacents aux urgences. Nous y sommes totalement favorables car nous pensons qu'ils permettent une évalua­tion plus fine et diminuent le recours à l'hospi­talisation. Mais ils supposent deux conditions : la première est qu'ils soient implantés à proxi­mité immédiate des urgences et non à distance, car leur fonctionnalité est obérée s'il y a rupture de continuité ; la seconde est qu'ils effectuent réellement un travail de crise qui recontextua-lise les pathologies et les troubles dans l'environ­nement du patient, incluse les proches, les associent aux suites, etc. Ceci suppose de mettre l'accent sur la formation des personnels médi­caux et paramédicaux dans ce domaine.

La lettre
complète


Soigner, réhabiliter (décembre 2005)
-Les 8 clefs de la réhabilitation
-Mieux différencier pour mieux conjuguer
-En perspective d'une vraie vie
-Une pratique qui se développe et évolue
-La famille partenaire
-L'apport du réseau
« Nous évoluons dans une période de redistribution des cartes des plus confuses », écrit Alain Ehrenberg dans son article sur le Grand Renversement et il entend, comme nécessaire, une réflexion anthropologique et politique plutôt que strictement psychiatrique pour tenter de dissiper cette confusion. Ce qui signifie pour la psychiatrie d'ac­cepter de ne plus être le seul pilote du suivi d'un malade mental de la crise inaugurale à la réinsertion sociale. Sans prétendre apporter une solution globale, type agence territoriale de santé mentale, le congrès Soigner, Réhabiliter, quatrième rencontre du Comité Français pour la réhabilitation psychosociale qui s'est tenu à Grenoble les 20 et 21 octobre 2005, a tenté de déterminer qui fait quoi et à quels moments pour obtenir une meilleure réhabilitation psychosociale, pour répondre aux besoins des adultes jeunes et des patients demeurés, au fil du temps, dépendants de l'hôpital. Pour obtenir le meilleur résultat possible, la réhabilitation doit exister en ligne de mire dès les premiers soins et aussi long­temps que ces soins sont ou redeviennent nécessaires, afin de ne pas aggraver de façon iatrogénique la situation du patient destiné à une vie la plus nor­male. Il n'échappera à personne qu'il s'agit d'une démarche où risquent de s'affronter deux mondes, celui du soin et celui de la société qui n'ont pas les mêmes protagonistes, les mêmes finalités, les mêmes méthodes, les mêmes cultures.


La lettre
complète

Des structures aux services (mai 2005)
-La fin de la désinstitutionalisation
-CHG ou CHS
-La crise à l'hôpital
-Le dispositif ambulatoire
-Les diverses prises en charge
-Le patient et sa famille
-Une palette de services
-Des contraintes en forme d'opportunités
Les dix dernières années ont été dominées par la maturation et la conjonction des trois phénomènes qui ont modifié en profondeur le paysage de la santé mentale en France : l'explosion de la demande de masse, l'entrée en lice irréversible des usagers et de leurs familles, et un changement de paradigme marquant le passage de la psychiatrie à la santé mentale. Cette évolution s'est produite sur une toile de fond de quarante années, marquée par la désinstitutionnalisation et la politiqie de secteur. Elle a induit des modifications législatives et réglementaires. mais sont-elles suffisantes aujourd'hui?


La lettre
complète





Affichage de la mise en page prévue pour impression affichage prévu pour imprimer cette page
bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales